A la découverte de Kerbyrosanes

Dans la catégorie #Instagram, on demande l’illustrateur #KERBYROSANES de toute urgence ! Son coup de crayon magique et ses dessins aux graphismes épurés nous plongent dans un univers fantastico-graphique empreint de poésie. Des références discrètes et personnalisées de mangas ou de chefs-d’œuvre de Miyazaki parsèment son carnet virtuel et nous font voyager dans l’infiniment grand de son talent.

Planète créative où le chimérique règne en maître, chez #KERBYROSANES on rencontre des créatures fantastiques mi-hommes, mi-loups, des animaux célestes, des silhouettes fantômes à l’inspiration japonaise ou encore des châteaux flottant dans le ciel. Bref, c’est un aller-simple vers un nuage cotonneux étrange dont on émerge après avoir vu ses dessins. Absurde, saugrenu, excentrique, original, insolite, métaphysique ? Aucune idée, mais virtuose, c’est certain.

KERBYROSANES revisite le mythe du chaperon rouge. Au centre d’une forêt d’arbres nus mais parsemée de végétaux à ses pied, le rôle connue de la jeune ingénue à la cape passe de victime à bourreau : dans les mains de l’enfant naïve au cœur tendre siège une tête de loup et une épée qui laisse planer peu de doute sur la scène qui a eu lieu. Le contraste entre l’image qui  se veut nocturne, les arbres sans feuilles et pourtant une nombreuse végétation aux pieds de la jeune femme interroge sur le sens que l’illustrateur a voulu donner à son dessin : apogée de la fillette qui se transforme en femme en tuant le fameux « loup » ? Tout est en noir et blanc mais la cape rouge sang, couleur emblématique de la séduction, de ce chaperon rouge nouvelle génération semble flotter au vent, portée par la précision d’un coup de crayon qui semble ne rien laisser au hasard.

 

Les bêtes géométriques

KERBYROSANES les nomment « Geometric Beasts ». Qu’il s’agisse d’un pingouin, d’une libellule, d’une pieuvre, d’un hippopotame, d’un lapin ou ci-dessus d’un guépard, il capture le mouvement de l’animal. Instantané géométrique tout en souplesse et légèreté, l’animal semble opérer une transformation sous nos yeux et sortir de sa coquille graphique, allégorie de la métamorphose par excellence.

Au travers de chacune de ses œuvres, on peut retrouver ce principe. Les traits sont fins, précis, recherchés mais KERBYROSANES semble maîtriser l’art de captiver en offrant du sens et une incarnation nouvelle à ses dessins. Chacun d’entre eux se veut unique et transfigure nos perceptions : entre réel et imaginaire, nos yeux se confrontent tantôt à une illustration épurée et sobre, tantôt à des jeux de pleins et déliés dans un univers lyrique dans lequel les règles seraient inversées : baleine dans l’espace et petite fille sur la lune avec un ballon, défiant les lois de la pesanteur ou flamant rose géant abritant en son sein un château peu commun au milieu du ciel … difficile de ne pas se rendre interprète de ses créations toutes plus étonnantes les une que les autres.

 

Pour ceux qui voudraient se plonger tout entiers dans son univers onirique, KERBYROSANES a créé son propre Sketchbook appelé « Sketchy Stories ». Chez Hubin, on a une bonne occasion de le sortir pour rêvasser à la pause café … sans culpabiliser 😉

Laisser un commentaire